Soninkara.com

Le portail du peuple Soninké

Le premier sentiment que vous avez lorsque vous ouvrez le site Soninkara ressemble à quelque chose comme “Oh wow, il y a tellement de choses ici!”. La page d’accueil est inondé de diverses nuances de brun et il y a vraiment des milliers de choses sur lesquelles cliquer et explorer, on passe de trois radio soninkés différentes à des onglets de menu intrigants de «Musique et Danse» et «circoncision». La chose la plus difficile pour  quiconque veut être un chercheur et utiliser Soninkara comme source est de trouver sur quel sujet vous désirez vous documenter; être complètement distrait à regarder des tutoriels sans fin est un danger plus que réel!
Je devrais probablement mentionner à ce stade que le site est disponible en français ou, pour les plus aventureux, en Soninké. Si vous ne parlez rien de tout cela, je crains qu’il ne vous reste plus que Google traduction ou passer des heures à regarder l’écran en priant pour que quelques mots vous semble familier. Cela dit, pour le plus vif parmi vous, ils offrent des cours en ligne pour apprendre le soninké, mais, après en avoir tenté un (quoique brièvement), je ne suis pas sûr qu’ils soient si effectifs que ça.

Une fois que vous avez cliqué et exploré un peu , il devient évident (pour moi du moins) que la majeure partie des choses de ce site sont de peu de valeur pour les historiens, même si elles peuvent apparaître à première vue comme intéressantes et utiles. La plupart des menus sont purement conçu pour transmettre la culture Soninké d’un Soninké à un autre et donc, même si il peut être très intéressant de faire un essai dans le domaine de la cuisine, par exemple, il y a des sections du site qui ne sont pas particulièrement utiles pour un outsider.

L’adhésion au site semble également un peu inutile parce que, d’après ce que je peux comprendre, il vous permet de commenter les publications qui apparaissent (et je recommande une lecture en biais des commentaires – ils vont de carrément hilarants à complétement bizarres) et de participer au chat du site. Pour lire les articles eux-mêmes, ou contempler avec émerveillement les photos, il n’est pas nécessaire d’être membre.

En ce qui concerne la recherche sur les tirailleurs ou l’histoire orale en général (ce qui nous concerne à AOH), il est facile de trouver des articles qui couvrent les deux à la fois. Une simple recherche sur le mot «tirailleur» révèle de nombreux articles, mais, à une exception près, les dates les plus récentes remontent à 2011, et ils sont tous assez courts. En ce qui concerne l’histoire orale, il y a des articles sur ce site, mais ils sont difficiles à trouver. Nous sommes tombés sur un article très intéressant de Mamadou Diawara (ici), car notre superviseur nous a indiqué la voie à suivre.

Un dernier point: puisque c’est un site édité et crée par des gens soninkés pour les Soninkés, il est nécessaire de rester vigilant face aux préjugés et, si possible, de vérifier ce que vous avez découvert par le biais de sources externes au site. Les articles sur ce site donnent généralement leurs propres sources de sorte qu’il soit possible de remonter la chaîne et découvrir qui a écrit quoi et quand, ce qui est important lorsqu’il s’agit de d’internet.

Globalement, je pense que le site Soninkara est une magnifique arche culturelle où vous pouvez trouver à peu près tout ce que vous voudriez savoir à propos de nombreux aspects de la vie Soninké, la cuisine et l’art. Pour l’historien, il pourrait s’avérer difficile de trouver des articles pertinents au milieu de la multitude d’informations en lice pour être relevées, mais lorsque vous avez trouvé la perle, les heures de recherche et de lecture à propos des haricots valaient le coup.

Soninkara.com – Un prudent 4 sur 5. Plein de trucs, pas tous pertinents, mais, dans l’ensemble, très intéressant

Cliquez ici pour accéder au site Soninkara.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *